Skip to content Skip to navigation

Nouvelle-Ecosse

Newspaper: 
Year: 
1888
Month: 
2
Day: 
15
Article Title: 
Nouvelle-Ecosse
Author: 
----
Page Number: 
2
Article Type: 
Language: 
Article Contents: 

NOUVELLE-ECOSSE

Truro

M. Allison, D. C. L., Surintendant de l’Instruction Publique, en cette Province, a donné une conférence ici, vendredi, le trois de ce mois. L’habile conférencier a parlé des premiers établissements anglais dans la Nouvelle-Ecosse après l’expulsion des Acadiens à partir du recensement de l’année 1767. Le canton de Cornwallis était le plus populeux après Halifax. Il comptait 727 habitants. Horton et Liverpool en avaient chacun 634; Canso 519; Annapolis, 513, tandis que Windsor n’en avait que 242; Onslow, 245; Londonderry, 148, Truro 301. Le conférencier fit remarquer que la population de Truro s’était réduite, en 1771, à 283 habitants, le reste de sa population ayant émigré ailleurs, Onslow et autres places. Il ajouta que la production totale du blé en cette province avait été en 1762 de 18,230 minots.

M. le Surintendant a vivement intéressé ses auditeurs par les détails circonstanciés de son magnifique travail; somme toute il s’est prouvé un orateur de premier ordre.

Pubnico

On commence à se préparer pour la pèche. Ceux qui font la pèche sur les bancs vont partir dans peu de jours.

L’hiver a été favorable pour les personnes qui font le commerce de glace. MM. H. T. D’Entremont, Jos. Amiro, Mathurin D’Entremont ont réussi à remplir leur ice-house jusqu’au faîte. L’Union St. Pierre, de West-Pubnico, organisée par M. l’abbé Sullivan, l’automne dernier compte actuellement quarante cinq membres. Les séances de la société ont lieu tous les vendredis de chaque semaine. C’est un bien agréable passe temps, vous pouvez m’en croire. On se réunit chez M. Gaudet. Les jeunes gens de West Pubnico peuvent tirer profit de ces réunions.

L’auteur de ces lignes a pris une bonne quantité d’éperlans en peu de temps l’autre jour. On fait la pèche à l’anguille au moyen de trous pratiqués dans la glace. Si nous avions une voie ferrée, je crois que nous pourrions employer les loisirs de l’hiver for lucrativement. Que de quantités d’anguilles ne pourrions-nous pas expédier à l’étranger : et surtout d’éperlan, ce petit poisson qu’on recherche tant sur les marchés. Il y en a beaucoup ici.

L’EVANGÉLINE est le journal favori dans cette paroisse acadienne. Tout le monde en parle avec force éloges, et j’ôse croire que la charmante feuille aura une place dans toutes les familles de l’endroit avant longtempts.

Les goëlettes “Electric Flash” et “Regina” et autres étaient employées à transporter la morue pendant la dernière saison.