Skip to content Skip to navigation

-----

Journal : 
Année : 
1888
Mois : 
5
Jour : 
2
Titre de l'article : 
------
Auteur : 
-----
Page(s) : 
2
Type d'article : 
Langue : 
Contenu de l'article : 

M. le Rédacteur,

Au moment où j’écris, une tempête de neige poussée par un furieux vent du nord-est sévit au dehors. C’est le dernier effort de l’hiver qui s’en va en nous faisant entendre ses mugissements désespérés. C’est la dernière bataille que l’hiver livre au printemps, saison insinuante et gentille, qui grandit par degrés. Cette tempête va finir, et, alors, espérons-le, la suprématie de cette saison sera établie, et pendant quelque temps, au moins, nous jouirons des glorieux rayons du soleil qui brille ordinairement sous son règne.

Nos villageois ne seront pas chagrins de constater la venue de cette saison des fleurs et des ondées odérantes. Notre hiver est long et ennuyeux, et quand ses rigueurs ont fait place aux chaudes haleinées du printemps nous sommes heureux.

La glace tient encore sur le havre, mais elle est dangereuse pour les chevaux. Hier, en venant de la Grand’Anse sur la glace, le cheval de M. William Thériault (un joli animal) rompit le pont à un endroit où l’eau était profonde de onze pieds. M. Thériault a tenu son cheval par la bride pendant une heure et quarante minutes avant qu’on ne pût venir à sa rescousse. Heureusement, quelques personnes revenant de la ville entendirent ses cris et volèrent à son secours. Le cheval fut tiré de sous la glace en temps opportun. Il aurait certainement péri n’eut été ce secours.

On commence déjà à se préparer pour la pêche. 11 n’y aura pas autant de factories à homard en opération que l’an dernier, et la raison de ceci est un peu dû aux derniers règlements concernant la pêche de ce crustacé. C’est une bonne chose à constater. Les uns auront une chance de faire quelques profits cette année, et ceux qui ne feront pas le pêche ne se plongeront pas d’avantage dans les dettes.

Il est maintenant compris que le contrat pour construire le pont neuf, reliant Bathurst l’Intercolonial, a été accordé à M. Arcade Landry, et l’ouvrage commencera cet été. Le contrat est de $8,000.

D’après ce que nous savons de M. Arcade Landry comme constructeur de ponts, nous pouvons l’appeler the right man in the right place, et nous espérons qu'il fera non-seulement un pont à tout épreuve mais quelques bénéfices par la transaction.

M. Landry est le plus habile et le plus vaillant constructeur du comté de Gloucester.

Un nouveau magasin doit être établi ici. M. Robertson, de la Pharmacie Smith, à St. Jean, N. B., ouvrira comptoir dans l’établissement de M. W. R. Johnson. Nous avons besoin d’un bon magasin ici, et nous croyons qu’une assortiment de marchandises sèches paiera bien.

L’Evangéline est toujours considérée comme la plus populaire des feuilles acadiennes des Provinces Maritimes, et on l’attend toujours anxieusement chaque semaine.

Au Revoir.
Bathurst, N. B., 21 avril.