Skip to content Skip to navigation

Grande démonstration religieuse et patriotique au collège St-Joseph le 15 août prochain

Journal : 
Année : 
1910
Mois : 
2
Jour : 
24
Titre de l'article : 
Grande démonstration religieuse et patriotique au collège St-Joseph le 15 août prochain
Auteur : 
Auditor
Page(s) : 
3
Type d'article : 
Langue : 
Contenu de l'article : 

GRANDE DÉMONSTRATION RELIGIEUSE ET PATRIOTIQUE AU COLLÈGE ST-JOSEPH LE 15 AOUT PROCHAIN

Un prédicateur et des Orateurs de renom adresseront la parole.

AU PEUPLE ACADIEN!

Le 21 juillet 1881 est un jour qui restera à jamais mémorable dans l’histoire de l’Acadie. C’est en ce jour que le petit peuple acadien, jadis spolié dans ses droits, persécuté et abandonné aux épreuves et aux contrariétés de toutes sortes, se réunissait au collège St-Joseph, à l’appel paternel de ses chefs, pour proclamer et affirmer son existence, et pour se placer sous l’égide protectrice de Marie, mère du Sauver des hommes.

A ce premier congrès, l’Assomption (15 août) fut choisie et adoptée pour fête nationale des Acadiens.

Trente années se sont écoulées depuis ce jour. Les Acadiens ont depuis maintes fois subi de cruelles épreuves, mais grâce à leur attachement invincible et inébranlable à la foi de leurs pères et surtout grâce à la protection providentielle que n’a cessé de leur procureur leur sainte patronne, ils ont été miraculeusement conservés; et aujourd’hui quand, le 15 août. Les cloches sonnet à toute volée, dans le paisibles campagnes, quand les couleurs françaises ornées de l’étoile se déploient fièrement sous le souffle de la brise estivale, c’est un peuple vaillant et fier de son histoire et de soi même qui annonce avec éclat le jour de sa fête nationale.

Oui, le peuple acadien a su lutter pour la revendication de ses droits; son courage n’a jamais faibli, et jamais il n’a eu à rougir de ses actions. Aujourd’hui, il est dans une ère de prospérité nationale qui va toujours s’augmentant, aujourd’hui peut lever le front et marcher à côté des autres nationalités qui l’entourent.

Certes, tout ce changement, tout ce progrès n’a pas été l’effet du hasard. Il a fallu un moteur puissant pour relever ce petit peuple écrasé et presque anéanti par les malheurs et les souffrances. Ce moteur, ce fut l’éducation qui a fait le peuple d’Acadie ce qu’il est aujourd’hui. C’est à l’éducation que les Acadiens doivent leur relèvement national.

On se rendra donc en grand nombre à cette fête, et jour commémorer, en ce trentième anniversaire, le choix de notre patronne, et pour honorer la mémoire du Révd Père C. Lefebvre, le père de l’éducation en Acadie.

Des personnages distingués ont promis d’être présents, entre autres : le sculpteur Hébert qui a accepté de préparer la statue Melanson, avantageusement connu à Montréal par son éloquence entraînante, et Monsieur Henri Bourassa, le directeur du Devoir, et l’un des plus grands orateurs de la puissance du Canada.

Les recettes nécessaires, le profit des repas donnés au collège – seront exclusivement réservées pour la statue Lefebvre. Un prédicateur et des orateurs de renom seront appelés à porter la parole en ce trentième anniversaire de notre fête nationale.

Cette fête sera célébrée sous les auspices de la succursale Lefebvre de l’Assomption à St-Joseph. Le comité se compose du Révd L. Guertin C. S. C., sup., Révd A. Roy, C. S. C., Révd A. D. Cormier, C. S. C., de l’honorable Juge Landry et de quelques membres de la succursale Lefebvre dont je n’ai pu me procurer les noms. Compatriotes Acadiens, je me fera un devoir, plus tard, de vous entretenir sur ce sujet et de vous faire connaître des détails de cette célébration imposante par le souvenir qu’elle rappellera, par le caractère de grandeur qu’elle revêtira.

Auditor.