Skip to content Skip to navigation

Règlement pour le carême

Journal : 
Année : 
1888
Mois : 
2
Jour : 
15
Titre de l'article : 
Règlement pour le carême
Auteur : 
John Cameron
Page(s) : 
3
Type d'article : 
Langue : 
Contenu de l'article : 

REGLEMENT POUR LE CAREME

1. Les fidèles sont obligés d’observer le jeûne à un repas pendant tous les jours de la semaine.

2. L’Eglise relève de cette obligation de jeûner (mais non de l’abstinence des viandes, hormis dans le cas de maladie ou autre cas semblables) les infirmes; ceux dont les occupations sont d’une nature fatigante ou laborieuse; les femmes enceintes et les nourrices; ceux qui ont moins de 21 ans ou qui en ont au delà de 60; or, en général, tous ceux qui en jeûnant ne pourraient vaquer aux occupations qui leur incombent, ou à qui le jeûne serait préjudiciable à la santé. Quand il y a doute à savoir si on est ou non exempt du jeûne, on doit ou jeûner, ou consulter son confesseur et se conduire en conséquence de sa décision.

3. On ne rompt pas le jeûne en prenant deux onces de pain le matin, ainsi qu’une tasse de thé, café, chocolat ou autre breuvage.

4. On manque au jeûne en faisant un repas entier le soir; c’est-à-dire en prenant plus de huit onces de pain, ou en faisant usage de telle nourriture qui n’est pas permise aux jours d’abstinence.

5. Il n’est pas permis de faire usage de viande et de poisson à un même repas pendant le carême.

6. Une coutume de ce diocèse approuvée de l’Eglise permet l’usage d’œufs, beurre, ou fromage, pourvu qu’on s’en tienne aux règles de quantité prescrites pour le jeûne.

7. En vertu d’un indult de Sa Sainteté le Pape Léon XIII, en date du 22 décembre, 1881, l’usage de la viande est permis tous les dimanches à tous les repas de ce jour, et une fois seulement (repas du midi) tous les lundis, mardis et jeudis, et aussi tous les samedis, le deuxième et le dernier exceptés. Il est pareillement permis de faire usage de graisse dans la préparation des aliments pendant tous les jours d’abstinence de l’année, excepté le mercredi des Cendres, le Vendredi Saint et la veille de Noël.

8. Le temps pendant lequel on peut satisfaire au devoir pascal s'étend du Mercredi des Cendres au dimanche de la Trinité inclusivement; mais pour passer ce temps de pénitence dans l'état de grâce et pour que ce temps porte des fruits dignes de la pénitence, les fidèles sont ardemment exhortés de le commencer par une bonne confession.

9. Sont vivement recommandées les admirables dévotions du Via Crucis (Chemin de la Croix) les vendredis, et la Bénédiction du Très St. Sacrement, tous les dimanches du Carême, partout ou elles sont possibles.

Les règlements ci-haut seront en force jusqu'à ce qu'ils soient annulés de par l'autorité compétante.

John Cameron
Evêque d'Antigonish