Skip to content Skip to navigation

-----

Journal : 
Année : 
1888
Mois : 
2
Jour : 
15
Titre de l'article : 
-----
Auteur : 
----
Page(s) : 
2
Type d'article : 
Langue : 
Contenu de l'article : 

Suivent les noms de quelques personnes qui ont écrit chacune une lettre appréciative à L’EVANGÉLINE : M.M. les abbés Joseph Trudelle, curé à L’Amec, Co. de Gloucester, N. B. : John C. McDevitt, curé de Frédericton, N. B.; et John N. McLeod, curé à Main-à-Dieu, et plusieurs autres du Cap-Breton.

Outre une mine de pierres détachées, dont on trouvera des spécimens dans une autre colonne, nous nous permettons de publier en entier la lettre de M. l’abbé Trudelle, curé à L’Amec, N. B. Ce n’est pas précisément pour notre plaisir personnel que nous consacrons, de temps à autre, une colonne, ou une partie de colonne, à la publication de lettres qui nous sont envoyés de part et d’autre. Comme quelques-unes de ces lettres viennent de personnages haut-placés, qui ont réellement à cœur l’avancement de la nation, un mot d’approbation de leur part peut faire beaucoup dans le sens du progrès pour notre œuvre, et c’est pour cela, et rien que pour cela, que nous servons à nos lecteurs certains échantillons des témoignages de sympathies qu’ils nous envoient. Bien que nous ne puissions pas nous targuer de notre expérience, nous comptons néanmoins faire, avec le temps, notre petite part de bien à la nation. En terminant, nous sommes heureux de pauvoir dire-que nos humbles efforts ont été appréciés, au moins par ceux dont on peut affirmer qu’ils sont les protecteurs aussi bien que les sauveurs de notre peuples.

Les journaux de Venise rapportent que le prince Jérôme Bonaparte vient d’acheter une curieuse relique historique. C’est un portrait de Napoléon 1er fait avec les cheveux mêmes de l’empereur et donné par lui, en 1809 à une dame de l’aristocracie vénitienne.

Mlle Louise M. Royce, l’instructrice que avait passé ainsi que trois de ses élèves toute une nuit au milieu des prairies de l’ouest pendant le récent “blizzard” a vu ces trois jeunes personnes mourir dans ses bras, et se vit ensuite forcée elle-même de se faire couper les deux pieds à Plain View, Neb., mardi de la semaine dernière. Son bras gauche est dans un pitoyable état, et quoique des lambeaux de chair en tombent, les médecins pensent qu’une amputations ne sera pas nécessaire.