Skip to content Skip to navigation

Correspondance

Journal : 
Année : 
1902
Mois : 
2
Jour : 
27
Titre de l'article : 
Correspondance
Auteur : 
Un ami
Page(s) : 
5
Type d'article : 
Langue : 
Contenu de l'article : 

Correspondance

M. le Rédacteur,

Accordez-moi, s'il vous plaît, un court espace dans les colonnes de votre journal pour dire un mot au monsieur qui signe "A. C. Doiron." Votre aimable correspondant annonce aux instituteurs français de l'île sa démission comme président de l’Association des Instituteurs Acadiens, et vient nous nommer son successeur pour notre prochaine convention. Il me semble que M. Doiron s'arroge un droit qui ne lui appartient pas et qu'il s'imagine, selon ce qu'il dit, qu'il possède un magnétisme personnel qui lui donne le prestige d'influencer ses semblables. Je crois que c'est un peu fort de sa part.

M. l'inspecteur actuel des écoles françaises a, je n'en doute pas, toutes les qualités voulues de président de l'Association, que votre correspondant lui décerne ; mais je vois par le rapport de notre dernière convention que M. Jean 0. Arsenault, un vétéran dans l'art de la pédagogie, a été élu à l'unanimité comme vice-président de l'Association. Donc, en l'absence du président, selon les règles parlementaires, M. Arsenault devra, de droit, présider à notre prochaine convention. Alors, lorsque le congrès élira ses officiers pour l'année prochaine, si M. l'Inspecteur Blanchard est élu président, tout sera dans l'ordre, et il aura plein droit d’agir comme président.

Votre etc.
UN AMI
I.P.E
Ce 18 Fév. 1902