Skip to content Skip to navigation

Conventions nationales des Acadiens (Robidoux) - 1884 - p171-173

Année : 
1884
Titre de l'article : 
Discours du Révd M. F. Richard
Auteur : 
Révd M. F. Richard
Page(s) : 
171-173
Type d'article : 
Langue : 
Contenu de l'article : 

Nous sommes réunis pour la deuxième fois en convention dans l’intérêt du petit peuple acadien, si digne de notre sympathie et de notre dévouement. En 1881, nous avons décidé une question vitale, celle d’une fête nationale pour l’Acadie, et notre choix a reçu depuis l’approbation unanime de nos évêques, ce qui nous autorise à la célébrer librement et nous donne l’assurance que l’Assomption de la Sainte Vierge sera pour les Acadiens un jour de ralliement, de joie et d’allégresse.
En 1881, à la belle convention tenue à Memramcook, nous nous sommes organisés en armée rangée en bataille non pas pour faire la guerre à nos frères coreligionnaires, mais pour nous défendre contre toute attaque tentée contre notre autonomie nationale. Nous prétendons avoir droit d’existence sur le sol de l’Acadie, défrichée, et arrosée par les sueurs, les pleurs et le sang de nos frères. Nous voulons respecter et faire respecter les justes aspirations des enfants des martyrs de Grand-Pré et de Port-Royal, et nous sommes décidés à démontrer que l’Acadien, comme le Canadien, l’Anglais, l’Irlandais et l’Écossais, a des droits dans ce pays et qu’il est déterminé à les défendre contre toute tentative d’invasion. *Dieu et mon droit. Honni soit qui mal y pense.+

À une armée il faut un étendard. La bannière de l’Assomption, naturellement, sera portée avec un patriotisme religieux en tête de nos processions religieuses. Mais il nous faut avoir un drapeau national qui flotte sur nos têtes aux jours de nos réunions ou célébrations nationales. Plusieurs formes de drapeaux ont été proposées. Je ne veux pas déprécier les suggestions faites à ce propos; mais je ne puis m’accorder avec ceux qui prétendent que nous devons choisir un drapeau tout à fait différent de celui qui représente notre mère-patrie. Le drapeau tricolore est le drapeau de la France, dont nous sommes les descendants, et ce drapeau a droit de flotter par convenance internationale dans l’univers entier. Pour nous, Acadiens, ce drapeau nous dit simplement que nous sommes français et que la France est notre mère-patrie, comme le drapeau irlandais rappelle aux Irlandais leur origine et leur patrie.
Cependant, je voudrais que l’Acadie eût un drapeau qui lui rappelât non-seulement que ses enfants sont français, mais qu’ils sont aussi acadiens. Je suggère donc, et je propose aux délégués de cette convention le plan suivant du drapeau national:
Le drapeau tricolore tel que confectionné serait celui de l’Acadie en y ajoutant dans la partie bleue une étoile aux couleurs papales. L’étoile qui représente l’étoile de marie, Stella Maris, servira d’écusson dans notre drapeau comme celui du Canada fait du drapeau anglais celui de la confédération.
M. le président et messieurs, ne vous semble-t-il pas que déjà vous êtes prêts à adopter ce drapeau qui réveille en vous le sentiment que vous êtes et que vous devez rester français, et que vous êtes acadiens et que vous voulez rester acadiens et porter ce drapeau à la victoire? Dans l’avenir, lorsque les ennemis voudront méconnaître nos droits, la vue de ce drapeau nous rappellera nos devoirs et nous encouragera et nous fortifiera dans le combat. Regardant l’étoile qui orne votre étendard, vous vous rappellerez que combattre sous l’égide de Marie, c’est être assurés d’une victoire peut-être tardive, mais certaine.

Pour ma part, il me semble déjà entendre les battements de mon cœur, à la pensée que l’Acadie ayant sa fête nationale, va, par notre choix autorisé, posséder aussi un drapeau national, qui flottera aux jours de nos réjouissances et nous servira d’étendard dans les combats que nous serons appelés à soutenir pour la défense de nos droits souvent méconnus et méprisés.
Je demande à M. le président de proposer au vote des délégués le choix du drapeau de l’Acadie et j’ose espérer que le plan que je viens d’élaborer rencontrera l’approbation de mes compatriotes acadiens.
Le vote fut pris avec un enthousiasme des plus touchants, les uns pleurant, et tous saluèrent ce choix avec allégresse. Le tricolore avec son étoile devint de ce moment-là le drapeau de l’Acadie.
Le Rév. Père Richard parla aussi sur l’à propos d’avoir un chant national, mais ne fit aucune suggestion.
Les chants proposés ne rencontraient pas ses vues. La question d’un chant national fut renvoyée à plus tard.
Le soir dans la salle des délibérations, tous les délégués étaient réunis.
On parlait avec beaucoup de plaisir et de joie du drapeau choisi et on discutait la question d’un chant national.
M. le curé Richard demanda la permission de dire quelques mots et d’expliquer une indiscrétion commise. Il leur dit qu’avant de partir de sa paroisse il avait fait confectionner un drapeau d’après son idéal.