Skip to content Skip to navigation

Serons-nous représentés?

Journal : 
Année : 
1884
Mois : 
5
Jour : 
29
Titre de l'article : 
Serons-nous représentés?
Auteur : 
--------
Page(s) : 
2
Type d'article : 
Langue : 
Contenu de l'article : 

Serons-nous représentés?

Dans moins de quatre semaines s’ouvrira à Montréal un congrès national auquel sont invités tous les groupes français de l’Amérique du nord. L’association de St Jean-Baptiste de Montréal a voulu réunir, à l’occasion des fêtes de son cinquantième anniversaire, tous les descendants de la France qui habitent le Dominion et les Etats-Unis.

Les Canadiens émigrés se préparent depuis longtemps déjà à prendre part à cette fête et à l’heure qu’il est presque toutes les associations nationales qui existent au milieu d’eux ont choisi les délégués qui devront les représenter. On peut dire la même chose des Canadiens d’Ontario et de Manitoba, qui viendront en grand nombre.

L’Acadie sera-t-elle représentée à ce congrès national et aux fêtes qui commenceront le 24 juin? On y brillera-t-elle par son absence? Nous espérons qu’elle donnera signe de vie et prendra la place qui lui est réservée dans le programme de la mémorable célébration du 24 juin 1884.

Nous l’avons cent fois répété, nous ne pouvons que gagner à être mieux connus et à mieux connaître nos frères. Nos intérêts sont à peu près identiques dans la confédération ; Notre commune origine, la parité de nos mœurs, l’unité de notre foi et de notre langue, tout contribue à nous inspirer des mêmes sentiments et à confondre nos destinées.

L’Acadie ne peut donc pas s’abstenir d’assister à cette démonstration nationale de la France Américaine et elle doit faire un accueil chaleureux aux pressantes invitations qui lui sont faites par le comité de régie.

A défaut de membres d’une société nationale,–il n’y en a pas encore une d’établie parmi nous–envoyons-y une délégation aussi nombreuse que possible se recrutant dans chaque paroisse acadienne, et à la tête de laquelle figureront naturellement les membres du clergé. Nous lançons cette idée, qui nous a été suggérée par plusieurs de nos premiers hommes, dans l’espoir qu’elle sera prise en favorable considération.

Des arrangements avantageux seront faits, il faut l’espérer, pour les frais de transport par voie ferrée, en sorte que le voyage ne coutera pas grand chose aux délégués et aux personnes qui voudront s’y joindre.

Nous serons en mesure de donner de plus amples renseignements dans notre prochaine feuille.