Skip to content Skip to navigation

Qui sommes-nous?


Sur la photo (de gauche à droite): Anne Brown (UNB), Margaret Conrad (UNB), Cécilia Francis (STU), Chantal Richard (UNB), 
 Gwendolyn Davies (STU), Bonnie Huskins (STU and UNB) et Denis Bourque (Université de Moncton). 

 

Nous souhaitons exprimer ici toute notre reconnaissance à nos assistants et assistantes de recherche pour leur dévotion au projet, leur travail méticuleux et leurs longues heures de travail  :

  • Étudiants et étudiantes du troisième cycle : Jean Babineau, Gabriel Kubwimana et Stephanie Pettigrew.
  • Étudiants et étudiantes du deuxième cycle : Mélanie Desjardins, Nigam Khanal, Vanessa Quiring et Alanna James.
  • Étudiants et étudiantes du premier cycle : Bobby Cole, Erika Hickey, Martine Ingersoll, Jonathan Levasseur, Natasha Quiring, Nicole Murphy, Kara Robinson et Kirsten Stackhouse.

Un merci spécial au coordonnateur de projet, Chris Ryder. 

Chercheuse principale :

Chantal Richard (UNBF) est l’auteure de nombreux articles et conférences portant sur  les Acadiens et les Loyalistes, les langues et cultures en contact, la littérature et l’histoire acadienne ainsi que  l’analyse de données textuelles par des méthodes informatisées. À titre de chercheuse principale d’un projet pilote subventionné par le programme ITST, elle a dirigé des spécialistes des études loyalistes et des études acadiennes afin de développer une méthodologie pour l’analyse comparée de corpus bilingues. Elle a été co-chercheuse dans le cadre des projets de recherche subventionnés par le CRSH tels que « Literary Ferment » mené par Tony Tremblay (CRC, St. Thomas) et “Éditions critiques des oeuvres fondamentales de la littérature acadienne” mené par Denis Bourque (Université de Moncton). Elle est co-auteure d’une édition critique des Conventions nationales acadiennes en trois volumes et auteure d’une édition critique des Poèmes acadiens de Napoléon-P. Landry, ainsi que co-rédactrice en chef du Journal of New Brunswick Studies/Revue d’études sur le Nouveau-Brunswick.

Co-chercheurs et co-chercheuses :

Sheila Andrew (STU) est l’auteure de : The Development of Elites in Acadian New Brunswick, 1861-1881 (McGill-Queen’s University Press, 1996) et a publié un article portant sur  la conception acadienne du nationalisme britannique (Journal of Intellectual History, Fall 2004). Notamment, elle a analysé l’adoption et l’adaptation d’une image nationaliste acadienne par l’élite, Ses recherches portent actuellement sur les attitudes arborées par les Acadien(ne)s envers la Première Guerre mondiale.

Denis Bourque (Université de Moncton) est l’auteur de plusieurs articles et livres traitant de la littérature acadienne. Il fut également le chercheur principal d’un projet de recherche subventionné par le CRSH intitulé : « Édition critique des œuvres fondamentales de la littérature acadienne ». Il est co-auteur (avec Chantal Richard) des Conventions nationales acadiennes (1881-1937) en trois volumes et directeur de la collection Bibliothèque acadienne.

Anne Brown (UNBF) est l’auteure de plusieurs articles,  chapitres de livres et communications portant, entre autres, sur la question identitaire et les conditions de vie des femmes illustrées dans les écrits de romancières francophones (Acadienne, Québécoise, Africaine). Elle a codirigé deux collectifs dont : Les littératures d’expression française d’Amérique du Nord et le carnavalesque (avec Denis Bourque, 1998)et  International Women’s Writing: New Landscapes of Identity (avec Marjanne Goozé, 1995).   Elle est membre du comité éditorial de la revue  Studies in Canadian Literature/Études en littérature canadienne ainsi qu’ancienne membre du comité éditorial du Journal of New Brunswick Studies/Revue d’études sur le Nouveau-Brunswick. Par ailleurs, elle fut membre de l’équipe de recherche d’un projet pilote subventionné par le programme ITST du CRSH : «Developing a Model for the Computer-Assisted Analysis of Bilingual Corpora » (dont la chercheuse principale était Chantal Richard, 2010-2012). Sa recherche actuelle se concentre sur les femmes acadiennes dans les cultures minoritaires ainsi que sur l’utilisation de la technologie dans l’apprentissage des langues. 

Margaret Conrad (UNBF), professeure émérite  et   membre de l’équipe de recherche d’un projet subventionné par le CRSH (2008-2015) intitulé « History of Education Network/Histoire et éducation en réseau (THEN/HiER). » Elle fut  également co-chercheuse du projet « Canadians and Their Pasts », une initiative qui s’est méritée du financement ARUC (2006-2012) et co-auteure d’un livre qui s’interroge sur les façons par lesquelles les Canadien.ne.s intègrent leur passé dans leur  quotidien (University of Toronto Press, 2013). Elle est l’auteure de  A Concise History of Canada (Cambridge University Press, 2012) et rédige actuellement l’histoire de la Nouvelle-Écosse (University of Toronto Press).

Gwendolyn Davies (UNBF) est co-chercheuse d’un projet subventionné par le CRSH intitulé « Literary Ferment in New Brunswick » (chercheur principal Tony Tremblay, Université St. Thomas). Dans le cadre de ce projet, elle a rédigé un chapitre portant sur les écrivains Loyalistes du Nouveau-Brunswick pour un collectif dirigé par Tony Tremblay qui est actuellement sous presse. Sa recherche sur les imprimeurs loyalistes, soit « New Brunswick Loyalist Printers in the Post-War Atlantic World: Cultural Transfer and Cultural Challenges » a été publiée dans Jerry Bannister & Liam Riordan, dir., Loyalism in the Atlantic World (UofT Press, 2012) 128-161, et son edition (avec introduction), Fiction Treasures By Maritime Writers. Bestselling Novelists From Canada’s Maritime Provinces 1860-1940, sera publiée par Formac en 2015. 

Cécilia Francis (STU) est l’auteure de plusieurs articles et chapitres de livres sur les écrits des femmes; notamment, elle a publié une série d’articles portant sur l’auteure acadienne France Daigle (2003a, 2003b, 2006). Elle est l’auteure d’un livre sur les récits de vie de femmes (2006) et co-directrice d’un volume intitulé Trajectoires et dérives de la littérature-monde. Poétiques de la relation et du divers dans les espaces francophones (2013). Elle a été chercheuse associée à R. Clews dans le cadre d’un projet financé par le CRSH qui a mis sur pied un centre de développement de recherche sur le Nouveau-Brunswick  (New Brunswick Atlantic Studies Research Development Centre). Elle est membre du comité éditorial du Journal of New Brunswick Studies/Revue d’études sur le Nouveau-Brunswick et co-dirige actuellement un collectif intitulé La littérature acadienne au tournant du 21ième siècle.

Bonnie Huskins (UNB\STU) fut  co-chercheuse dans le cadre du projet pilote intitulé “Developing a Model for the Computer-Assisted Analysis of Bilingual Corpora” dirigé par Chantal Richard. Sa recherche actuelle examine la formation de communauté par les exilés loyalistes qui se sont établis dans les colonies maritimes. Elle a publié un article intitulé « “Shelburnian Manners”: Gentility and the Loyalists of Shelburne, Nova Scotia » (Early American Studies , hiver 2015). Elle s’intéresse également aux communautés transatlantiques formées par les membres de la diaspora loyaliste ainsi qu’à l’analyse de journaux intimes et autres documents personnels. Elle travaille actuellement sur un manuscrit basé sur les journaux intimes d’une femme au foyer appartenant à  la classe ouvrière de Saint-Jean, N.-B., entre 1945-1992.

Sylvia Kasparian (U de Moncton) est co-chercheuse dans le cadre d’un projet subventionné par le CRSH intitulé : « Violences extrêmes et sensibilités contemporaines. Le récit des ‘atrocités allemandes’ et du ‘massacre des Arméniens’ durant la Grande Guerre dans la presse canadienne francophone, 1914-1919 ». Elle est chercheuse principale d’un autre projet subventionné par Patrimoine Canada intitulé : « Les représentations des Amérindiens dans la presse acadienne. » Elle est également directrice du Laboratoire d’Analyse de Données Textuelles à l’Université de Moncton qui est le foyer de nombreux projets de recherche en analyse de données textuelles assistées par ordinateur. 

Gregory Marquis (UNBSJ) est chercheur principal d’un projet subventionné par le CRSH intitulé : « The Royal Canadian Legion in New Brunswick: Responsibility and Remembrance ». Il a également obtenu des subventions du CRSH et du Centre Métropolis Atlantique en tant que chercheur et co-chercheur de nombreux autres projets portant sur l’histoire du Nouveau-Brunswick et du Canada. Il se penche  actuellement sur la musique populaire et l’histoire publique du Nouveau-Brunswick ainsi que sur un historique des forces policières de la province.

Sasha Mullally (UNBF) est l’auteure de plusieurs articles portant sur les intersections entre la santé en milieu rural, la profession médicale et l’histoire des femmes. Son premier livre intitulé Unpacking the Black Bag (Toronto, à paraître) examine l’évolution de la santé en milieu rural et les conditions de vie des médecins ruraux des provinces maritimes et de la Nouvelle-Angleterre entre 1900 et 1950. Depuis quelques années, elle s’est lancée dans un projet subventionné par le CRSH qui examine l’histoire des métiers thérapeutiques pratiqués par des femmes en Nouvelle-Écosse et au Massachusetts entre 1880 et 1930, avec un intérêt particulier pour les premières manifestations de l’ergothérapie et la thérapie par l’artisanat. Elle est, par ailleurs, co-auteure avec le professeur David Wright (McGill) d’un livre portant sur l’histoire transnationale de l’immigration des médecins pendant la deuxième moitié du 20e siècle, d’un point de vue canadien.

Collaborateur :

Erik Mooreest le directeur du Centre for Digital Scholarship à l’Université du Nouveau-Brunswick. Ses domaines de spécialisation sont les publications en ligne, la numérisation et la création de bases de données.  

Pour plus de renseignements, veuillez communiquer avec

Mme Chantal Richard
Département d'études françaises
Université du Nouveau-Brunswick
C.P. 4400
Fredericton, Nouveau-Brunswick
Canada, E3B 5A3

courriel : chantal.richard@unb.ca
téléphone : (506) 447-3246